Dimanche de la Résurrection

Actes 10,34a.37-43
Psaume 118
Colossiens 3,1-4

Jour :

Jean 20,1-9

Soir :

Luc 24,13-35

1

Saint Charles de Monceau

Avril 1992

Il est vraiment ressuscité

2

Avril 1995

Il est ressuscité comme il l'a promis !

3

Forces Armées de Guyane

31 mars 2002

"Il vit et il crut"

4

20 avril 2003

Il vit et il crut

5

Garnison d'Angers

11 avril 2004

Témoignage

6

Brigade Franco-Allemande

8 avril 2007

Le disciple que Jésus aimait - L'autre disciple

7

12 avril 2009

Dessin

8

Fort Neuf de Vincennes

24 avril 2011

Annonce

9

8 avril 2012

Modèle de la messe

10

Secteur Vermandois

31 mars 2013

Vitalité de l’Eglise

11

20 avril 2014

Impétuosité

Si vous désirez recevoir toutes les semaines - en général le jeudi - l'éditorial pour le dimanche suivant,
envoyez-moi votre adresse de courriel et vous serez inscrit dans la liste de diffusion.

Avril 1992

Saint Charles de Monceau

n° 20

Retour en haut de la page

Il est vraiment Ressuscité !

Cette nouvelle inouïe court sur les lèvres des disciples de proches en proches. Marie Madeleine, Jeanne, et Marie la mère de Jacques, Pierre, le disciple que Jésus aimait, les Apôtres, les compagnons d'Emmaüs. Tous ils sont surpris. Comme le dit Jésus aux compagnons d'Emmaüs : "Comme votre coeur est lent à croire tout ce qu'ont dit les prophètes!"

Mais pour nous, aujourd'hui, cette nouvelle n'est plus surprenante : la plupart d'entre nous la connaissent depuis la naissance, elle fait partie de notre éducation. Nous savons seulement d'une façon intellectuelle, réfléchie, que Jésus est mort sur la Croix, nous savons qu'il est Ressuscité. Mais cela ne change pas notre façon de vivre.

Si nous laissons courir notre imagination, si nous envisageons un instant que nous sommes le jour de Pâques avec les Apôtres, réunis dans le Cénacle, cachés parce que nous avons peur des représailles de la part des Romains ou des Juifs. Et nous apprenons cet événement : celui que nous connaissons bien pour avoir vécu avec lui pendant des mois, celui que nous avons vu mort sur la croix, celui que certains d'entre nous ont descendu de la croix pour le mettre dans un tombeau, qui l'ont touché, mort. C'est celui-là qui est vivant, libéré de la mort!

Quelle joie!

Cette joie qui est la même aujourd'hui. Bien sûr nous n'avons pas vécu avec Jésus pendant son ministère en Galilée et en Judée, mais nous avons le témoignage des Apôtres : quatre évangiles écrits par quatre personnes totalement différentes (bien des événements de l'histoire n'ont pas autant de témoignage écrits).

Alors pourquoi ces visages défaits? Pourquoi cette atonie dans nos célébrations? Lorsque le cierge pascal signe de la Résurrection du Christ, prémices de notre propre résurrection entre dans l'église le soir de Pâques nous chantons : ``Qu'éclate dans l'Eglise la joie des fils de Dieu''

Que cette joie ne soit pas seulement un chant sur le papier, mais que ce soit réellement un chant de toute notre vie!

Père JeanPaul Bouvier
Vicaire à saint Charles de Monceau - Paris

Avril 1995

n° 30

Retour en haut de la page

Il est ressuscité comme il l'avait promis

Ces paroles sont le dernier verset du "Regina Cœli" que nous allons chanter pendant tout le temps de Pâques à la fin de la journée. Ce n'est pas seulement une phrase extraite d'un chant, c'est avant tout l'affirmation de base des chrétiens, ce que Pierre dit le jour de la Pentecôte depuis la terrasse du Cénacle : "Ce Jésus que vous avez crucifié, Dieu l'a ressuscité et fait Christ et Seigneur".

Jésus, le Christ, le Fils Unique de Dieu, est Vivant.

Cette foi de l'Eglise est constante depuis ce jour de Pâque où les femmes ont trouvé un tombeau vide.

Cette affirmation est réellement universelle : tout homme est concerné par ce message et cette réalité, Dieu est venu comme un homme pour nous montrer quel était le sens de l'Homme, jusqu'où nous, vivant au XXème siècle, nous sommes appelés.

Si nous avons une certaine conscience de cette Bonne Nouvelle, comme Paul, nous ne pouvons pas nous empêcher de l'annoncer et par notre vie, nous montrerions comment vit une personne sauvée par le Christ.

Les exigences de l'Evangile sont en nous, ce n'est pas une loi extérieure. Nous sommes libérés de tout esclavage, c'est l'Amour de Dieu qui dirige notre vie par trois affirmations de Jésus simples à retenir, faciles à vivre par l'Esprit Saint qui nous est donné :

Aimez Dieu par-dessus tout.

Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés.

Et moi, je suis avec vous, tous les jours, jusqu'à la fin du monde.

Père JeanPaul Bouvier
Vicaire à saint Charles de Monceau

31mars 2002

Forces Armées de Guyane

n° 142

Retour en haut de la page

" Il vit et il crut "

Dans la course folle animée par le témoignage des femmes, le jeune homme distance l'homme mûr, mais par respect, il laisse le chef des Apôtres entrer le premier, peut-être même est-il retenu par le souci de ne pas se rendre impur en côtoyant un cadavre. Simon-Pierre ayant constaté la vacuité du tombeau, il peut entrer sans crainte, mais à la différence du premier qui reste hébété, l'auteur du IVème Evangile comprend tout de suite les conséquences de cette absence apparente : ce n'est pas un vol de cadavre, ni même une réanimation comme celle de Lazare, il s'agit de la Résurrection annoncée dans les Ecritures pour la fin des temps. Le Maître montre l'exactitude de la Parole de Dieu en étant, selon l'expression de saint Paul le Premier-né d'entre les morts.

L'évangile de Jean est le plus tardif des écrits concernant Jésus, sans doute à la fin du Ier ou tout début du IIème siècle. L'auteur a eu le temps de méditer cette révélation qui lui a été faite dans le tombeau vide, mais le souvenir de ce moment reste le fondement de sa foi. C'est à cet endroit et à cet instant qu'il a perçu l'amour de Dieu pour tous les hommes et le message délivré par le Christ.

Des événements qui auraient pu paraître sans importance vont s'ancrer dans sa mémoire en prenant leur pleine dimension. Ainsi est-il le seul à parler de l'entretien avec Nicodème et celui avec la Samaritaine qui donnent un éclairage sur le Baptême chrétien, porte vers le Royaume de Dieu ; à rapporter l'épisode des noces de Cana où la surabondance montre la multiplication de son Corps et de son Sang dans la communion eucharistique sans commune mesure avec la foi des participants.

Nous nous disons sans doute que cet évangéliste a eu beaucoup de chance en recevant cette révélation ! Pourtant, nous aussi, nous constatons l'œuvre de Dieu dans nos vies, non pas sous l'aspect négatif d'une absence, celle du tombeau, mais sous l'aspect positif d'une présence réelle du Christ à son Eglise, dans l'eucharistie bien sûr, mais aussi dans les personnes baptisées, confirmées et ordonnées qui sont configurées au Christ par ces Sacrements, au Christ roi par le Baptême, au Christ prophète par la Confirmation et au Christ prêtre par l'Ordination, ces trois Sacrements, non renouvelables, imprimant une marque nouvelle chez celui qui les reçoit, marque signifiée par le Saint Chrême qui n'est utilisé que dans ces célébrations.

Vivons pleinement les Sacrements que nous avons reçus et nous serons signes pour aujourd'hui de la Résurrection du Christ et de sa présence éternelle dans le monde.

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier Catholique des Forces Armées en Guyane

20 avril 2003

Forces Armées de Guyane

n° 194

Retour en haut de la page

Il vit et il crut

Le disciple que Jésus aimait était un tout jeune homme lorsqu’il suivait l’enseignement de Jésus, c’est pourquoi il court beaucoup plus vite que Simon-Pierre. Suivant l’usage, il attend l’aîné pour entrer dans le tombeau. Pierre est le chef des Apôtres, il est normal qu’il entre pour constater l’absence du corps de Jésus ; si jamais il y a eu vol de cadavre il serait le seul habilité à aller se plaindre au procureur, s’il en a le courage.

Pierre entre donc le premier : il regarde le linceul et le suaire mais il ne voit pas ! L’autre disciple entre à son tour et lui il voit ! La vision de ces linges lui fait comprendre immédiatement que celui qu’il avait vu mourir sur la croix est ressuscité : il est vivant comme il l’a promis.

Pourtant il y a une distinction entre le verbe voir et le verbe regarder. Cette différence est due à l’attention : lorsque je vois, je ne prête pas l’application nécessaire à une chose importante ; lorsque je regarde au contraire je suis attentif pour mémoriser chaque détail. Je vois une publicité, je regarde un tableau.

Simon-Pierre est donc attentif à chaque détail de la scène qui est décrite, mais il est incapable de comprendre cet ensemble à la lumière de la prédication de Jésus. L’autre disciple appréhende la globalité du tombeau et l’intègre à l’enseignement qui leur a été donné.

Simon-Pierre n’était pas au calvaire, il n’a pas assisté à la mort de Jésus, terrorisé qu’il était par ce qui était arrivé, il s’était caché pour échapper aux représailles éventuelles des prêtres et de la foule. Jésus n’avait-il pas été condamné comme émeutier ? Il pouvait craindre le même châtiment ayant été le chef de ses disciples. Mais n’ayant pas été témoin, il pourrait douter de la réalité de la mort de son rabbi et penser qu’il avait été sauvé ou descendu de la croix avant la mort. Toutes ces pensées se mêlant dans son esprit, il ne peut faire une synthèse.

L’autre disciple avait accompagné Marie, la mère de Jésus, au pied de la croix. Ils avaient constaté l’agonie de cet homme, à la fracture des jambes des autres condamnés, au coup de lance qui avait percé le cœur. Aucun doute possible il était bien mort lorsqu’il a été descendu de la croix. Trois jours après le tombeau est vide, avec les linges restés à leur place, comme s’ils contenaient encore le corps, mais le corps n’était pas là ! Il n’a pas besoin de regarder les détails, la vision globale lui suffit, s’il n’y a plus de cadavre présent dans le tombeau, c’est qu’il n’est plus un cadavre mais un homme revenu d’entre les morts, il est ressuscité.

Nous sommes alternativement l’un ou l’autre de ces disciples, soit dans une démarche intellectuelle où nous ne comprenons pas forcément le sens du Salut, soit dans une démarche spontanée où nous voyons l’amour de Dieu pour les hommes. Puisse la grâce de Pâques nous apporter un mélange des deux.

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier Catholique des Forces Armées en Guyane

11 aril 2004

Garnison d'Angers

n° 218

Retour en haut de la page

Témoignages

Il est parfois de ‘bon ton’ de mettre en cause la véracité des évangiles, notamment en ce qui concerne la résurrection de Jésus. Cela dépasse le cartésianisme contemporain : ce n’est pas scientifique, donc ce n’est pas possible. Pourtant nous avons quatre témoins indépendants (ils ne racontent pas exactement les mêmes choses et ne les rapportent pas de la même façon, chacun ayant son approche et sa culture personnelle) Ces auteurs affirment avoir réellement vu un homme mourir sur la croix et tout aussi réellement l’avoir vu vivant le troisième jour après son décès clinique.

Peu de faits reconnus historiques de cette époque ont autant de d’écrits concordants et ce sont souvent des mémoires des participants. Par exemple la guerre des Gaules où César parle de lui-même dans ses commentaires, en se donnant le beau rôle du vainqueur incontesté ; ou bien Flavius Josèphe qui dans son Histoire des Juifs raconte les dernières batailles contre les romains qu’il a livrées lui-même comme général de l’armée juive.

Alors pourquoi nos contemporains refusent-ils d’accepter ces témoignages pour lesquels tant d’hommes et de femmes sont morts ? Sans doute parce que nous ne mettons pas suffisamment en avant le seul commandement que Jésus nous a laissé : « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. »

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier de la Garnison d'Angers

8 avril 2007

Brigade Franco-Allemande

n° 312

Retour en haut de la page

Le disciple que Jésus aimait
l’autre disciple

La tradition a donné à ce disciple le nom de Jean et a voulu y voir l’auteur du quatrième évangile.

Nous savons qu’il est le propriétaire de la pièce où a eu lieu la Cène (cf. 13,23) puisqu’il est placé à table, malgré son jeune âge, entre le Christ Jésus  et le premier des disciples, Pierre..

Nous savons qu’il est connu du grand-prêtre de Jérusalem (cf. Jn 18,15) et qu’il peut entrer dans la cour sans être inquiéter, mieux, il peut faire entrer Simon-Pierre en disant un mot à la gardienne de la porte

Nous savons également que c’est à lui que Jésus, mourant sur la croix, confie sa mère et qu’il le remet à Marie (cf. Jn 19,26)

Le passage lu aujourd’hui le montre courant au tombeau avec Simon-Pierre, plus impétueusement encore que le chef des Apôtres en raison de sa jeunesse, mais que par respect pour l’ancien, il le laisse entrer en premier. Par contre, Simon-Pierre en entrant reste pantois, il se demande ce qui a pu se passer, pourquoi le corps du Maître n’est pas là. L’autre disciple, dès qu’il pénètre dans le tombeau, en voyant la même chose que le chef des Apôtres croit tout de suite avec cette expression magnifique dans son évangile : Il vit et il crut !

Un peu plus tard lors de l’apparition de Jésus ressuscité au bord du lac, c’est lui encore qui s’exclamera : « C’est le Seigneur ! » (Cf. Jn 21,7) Lorsque Jésus confiera la primauté de l’Eglise à Pierre en revenant sur ses reniements et en lui demandant par trois fois s’il l’aime (cf. Jn 21,1-17) l’autre disciple aura une mission différente mais qui n’est pas précisée.

A aucun moment, ce jeune homme n’est appelé Apôtre et il ne se donne pas ce titre dans ses lettres ni dans l’Apocalypse qui sont de son école si ce n’est de sa main.

La leçon que nous en tirons aujourd’hui est surtout cette spontanéité dans la foi. : comme lui, nous voyons le Christ ressuscité dans son Corps et nous croyons.

Père JeanPaul Bouvier
Curé de la paroisse militaire

12 avril 2009

Brigade Franco-Allemande

n° 430

Retour en haut de la page


Il vit et il crut

24 avril 2011

Fort Neuf de Vincennes

n° 536

Retour en haut de la page

Annonce

Marie-Madeleine est partie de ‘grand matin’ pour aller au tombeau du crucifié ; elle voulait nettoyer le corps du  ‘Maître’ qui avait été déposé à la hâte avant la grande fête de la Pâque encore couvert de sang, de sueur et de crachats. Puis elle allait oindre à nouveau celui dont elle avait arrosé de parfum les pieds et essuyé avec ses cheveux. Elle ne pouvait pas oublier qu’à la suite de son geste Il lui avait pardonné ses péchés, sans la juger.

La pierre a été roulée ! Le corps a disparu ! Affolée, sans comprendre, elle court prévenir le chef des Apôtres, Simon-Pierre, qui se cachait au Cénacle avec l’autre disciple. En entrant dans le tombeau, Simon-Pierre constate l’absence sans comprendre davantage que Marie-Madeleine alors que l’autre disciple entré à son tour « voit et croit ! »

Le rôle de cette femme est pourtant essentiel : c’est elle qui prévient Sans le savoir elle annonce la Résurrection : elle est la première à avoir vu le tombeau vide et elle en témoigne.

Au moment de la mort du Christ en croix, le rideau du Temple de Jérusalem séparant le saint du Saint des saints s’était déchiré (cf. Matthieu 27,51 ; Marc 15,38 ; Luc 23,45) montrant la vacuité de l’espace sacré : Dieu n’était plus au milieu de son peuple. A cela répond le tombeau vide qui est le signe que Le Fils est ressuscité, qu’il est à nouveau parmi nous, non pas dans une localisation restreinte mais en chaque personne croyante.

C’est une grande leçon pour tous les chrétiens, à travers l’Histoire le message nous est parvenu : au matin de Pâque, le tombeau était vide ! Ceux qui nous ont transmis la ‘Bonne Nouvelle’ ne la comprenaient pas toujours, comme Marie-Madeleine, mais ils nous ont alertés sur cet événement.

A notre tour, nous ne comprenons pas tout le message du Christ, mais nous avons reçu l’Esprit Saint qui nous donne la force et le courage pour annoncer le message de la Résurrection, comme Marie-Madeleine, nous avons le devoir d’aller dire ce que nous vivons à nous frères pour les inviter à venir voir. Alors nous entendrons peut-être ce que les habitants de Sykar disaient à la Samaritaine : « Ce n'est plus sur tes dires que nous croyons; nous l'avons nous-mêmes entendu et nous savons que c'est vraiment lui le sauveur du monde. » (Jean 4,42)

Père JeanPaul Bouvier
aumônier du Fort Neuf de Vincennes

8 avril 2012

Fort Neuf de Vincennes

n° 606

Retour en haut de la page

Modèle de la messe

Il y a une très grande similitude entre le récit des ‘compagnons d’Emmaüs’ le soir du dimanche de la Résurrection et la liturgie de la messe telle que nous la connaissons

Ces deux hommes repartent de Jérusalem désespérés : celui qu’ils pensaient être le Messie a été crucifié et il est mort ; leur espoir d’un monde nouveau s’est écroulé et dès la fin du Sabbat, ils retournent à leurs occupations habituelles. Un inconnu les rejoint sur leur chemin et leur demande la raison de leurs soucis. De même, nous venons à la messe dominicale, chargés de toutes nos préoccupations quotidiennes, porteurs de nos péchés et le Christ, Fils unique du Père, vient à notre rencontre en nous demandant de lui confier nos inquiétudes nous lui répondons : « Je confesse à Dieu… »

« Et, commençant par Moïse et parcourant tous les Prophètes, il leur interpréta dans toutes les Écritures ce qui le concernait. » Les lectures bibliques qui nous sont proposées par la liturgie catholique, commençant par l’Ancien Testament et jusqu’à l’Evangile nous permettent de mieux saisir la pédagogie de Dieu et la grâce qu’il nous fait dans le sacrifice perpétuel du Fils. L’explication que nous en donne le prédicateur nous incité à approfondir le sens de ces textes pour notre vie chrétienne : ces écrits ne sont pas de la simple littérature, ils sont Parole de Dieu

Subjugués par l’interprétation de l’Ancien Testament que leur donne l’inconnu qui marche avec eux, les deux compagnons insistent pour qu’il reste avec eux, « le soir est déjà là » disent-ils pour le retenir ; « comme il était à table avec eux, il prit le pain, dit la bénédiction, puis le rompit et le leur donna. Leurs yeux s'ouvrirent et ils le reconnurent... mais il avait disparu de devant eux. » Ainsi, comme pour eux, les yeux des fidèles s’ouvrent lors de la consécration, ils reconnaissent le Corps et le Sang du Christ dans le pain et le vin transsubstantiés : « Voici l’Agneau de Dieu, voici celui qui enlève les péchés du monde ! »

« A cette heure même, ils partirent et s'en retournèrent à Jérusalem. » Il fait nuit, le retour est difficile mais la Nouvelle qu’ils portent ne souffre aucun retard : ils ont un besoin impérieux d’aller l’annoncer aux Douze : « Il est vraiment ressuscité ! » De même, la fin de la messe : « Allez dans la paix du Christ » ne signifie nullement une débandade individuelle mais un envoi en mission ; ayant vu de nos yeux le Christ ressuscité, nous sentons en nous « le cœur tout brûlant » qui nous pousse à aller annoncer au monde qu’il est sauvé

Quatre temps dans le récit des ‘Compagnons d’Emmaüs’ quatre temps dans la messe, quatre présences du Christ unies et inséparables :

  • Présence du Christ fraternel qui vient partager les soucis et les agréments, les peines et les joies de chaque membre de son peuple, communauté unie autour de Lui
  • Présence du Christ enseignant  dans la Parole la mettant à notre portée
  • Présence du Christ grand-Prêtre de la Nouvelle Alliance dans le sacrifice eucharistique qui offre « le sacrifice pur et saint, le sacrifice parfait, pain de la vie éternelle et coupe du Salut. »
  • Présence du Christ Roi qui envoie ses émissaires dans le monde pour porter la Bonne Nouvelle en son Nom : « Allez ! De toutes les nations faites des disciples ! »

Les deux disciples qui partaient découragés de Jérusalem y reviennent dans la joie. Puissions-nous avoir la même attitude en venant à la messe dominicale avec nos préoccupations et repartant tout joyeux du message que nous avons à délivrer

Père JeanPaul Bouvier
Aumônier du Fort Neuf de Vincennes

31 mars 2013

Secteur Vermandois

n° 672

Retour en haut de la page

Vitalité de l’Eglise

Tous les ans pendant le temps de Pâques qui va de la Vigile Pascale à la fête de la Pentecôte, la liturgie catholique propose en première lecture dominicale des extraits du livre des Actes des Apôtres là où les autres dimanches présentent un passage de l’Ancien Testament.

Ce choix n’a pas été fait au hasard mais pour souligner le changement radical dont la source est la Résurrection du Fils du Père : l’Ancien Testament préparait le Peuple de Dieu à la révélation ultime de l’amour du Père pour toute l’humanité, le livre des Actes des Apôtres montre l’élargissement de cette révélation à tous les hommes et femmes ; au Psaume « Toutes les nations que tu as faites viendront se prosterner devant toi, Seigneur et rendre gloire à ton nom » (Psaume 86,9) répond le dernier commandement de Jésus Ressuscité à ses Apôtres : « Allez donc, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit. » (Matthieu 28,19)

Le livre des Actes des Apôtres montre la vitalité de l’Eglise naissante pour autant il n’occulte pas pour autant les difficultés auxquelles elle s’est heurtée tant de la part des institutions juives, sanhédrin et grands-prêtres que de la part de convertis au christianisme qui ont des options quelquefois très affirmées. Les Apôtres et les ‘anciens’ de Jérusalem sont appelés à trancher entre des opinions différentes qui entraînent des dissensions dans les communautés locales.

Cette lecture de passages du livre des Actes des Apôtres suscite en nous aujourd’hui une méditation sur l’Eglise contemporaine, aussi bien l’Eglise dans son ensemble avec toutes ses différences en fonction des cultures où elle s’est insérée que les communautés locales qui n’ont pas moins de diversité. Comme à cette époque, chaque personne a ‘son’ rapport à Dieu, ‘sa’ vision de l’évangélisation, ‘sa’ conception de ce que devrait être l’Eglise ; il nous faut donc avoir la sagesse et l’humilité de s’en remettre au jugement des Apôtres et de leurs successeurs les évêques pour annoncer fidèlement l’évangile que nous avons reçu : « Dieu nous ayant confié l'Evangile après nous avoir éprouvés, nous prêchons en conséquence, cherchant à plaire non pas aux hommes mais à Dieu qui éprouve nos cœurs. » (1Thessaloniciens 2,4)

Les Apôtres n’ont pas cherché à créer une institution humaine mais ils ont annoncé le règne de Dieu et l’Eglise terrestre s’est constituée comme étant le signe visible de l’Eglise céleste. Si nous cessons de prêcher l’Evangile le signe deviendra stérile pour nos contemporains.

Saint Paul résume cela en écrivant : « Annoncer l'Évangile en effet n'est pas pour moi un titre de gloire; c'est une nécessité qui m'incombe. Oui, malheur à moi si je n'annonçais pas l'Évangile ! Si j'avais l'initiative de cette tâche, j'aurais droit à une récompense; si je ne l'ai pas, c'est une charge qui m'est confiée. » (1Corinthiens 9,16-17) Pouvons-nous dire cela aujourd’hui ?

Père JeanPaul Bouvier
Curé in solidum du secteur Vermandois

20 avril 2014

Secteur Vermandois

n° 748

Retour en haut de la page

Impétuosité

A l’annonce de Marie-Madeleine : « On a enlevé le Seigneur de son tombeau ! » Simon-Pierre et ‘l’autre disciple’ se précipitent pour vérifier ses dires. ‘Le disciple que Jésus aimait’ beaucoup plus jeune que Pierre arrive le premier ; sa jeunesse n’est sans doute pas la raison essentielle de son empressement, il était au pied de la croix avec Marie. Pétri par la Parole de Dieu, il constate la réalisation des Ecritures. Il note dans son évangile plusieurs fois au moment de la mort de Jésus en Croix : « pour que l’Écriture s’accomplisse jusqu’au bout, Jésus dit : ‘J’ai soif.’ » (Jean 19,28) avec le parallèle : « quand j'avais soif, ils m'ont donné du vinaigre. » (Psaume 68[69],22b) ; « Cela, en effet, arriva pour que s’accomplisse l’Écriture : Aucun de ses os ne sera brisé. » (Jean 19,36) qui évoque : « Il veille sur chacun de ses os : pas un ne sera brisé. » (Psaume 33[34],20) ; également : « Un autre passage de l’Écriture dit encore : Ils lèveront les yeux vers celui qu’ils ont transpercé. » (Jean 19,37) préfiguré par : « Et ils tourneront les regards vers moi, celui qu’ils ont percé. Ils pleureront sur lui comme on pleure sur un fils unique, Ils pleureront amèrement sur lui comme on pleure sur un premier-né. » (Zacharie 12,10)

Ayant été le témoin de cet accomplissement des Ecritures, le ‘disciple que Jésus aimait’ comprend que la disparition du corps de Jésus n’est pas due à un enlèvement perpétré par des hommes. Il laisse le chef des Apôtres entrer en premier dans le tombeau vide, mais dès qu’il y pénètre : « Il vit et il crut ! »

Le ‘disciple que Jésus aimait’ voit « le linceul resté là, et le linge qui avait recouvert la tête, non pas posé avec le linceul, mais roulé à part à sa place. » il comprend l’importance du linceul qui ne contient plus de corps : le Fils de Dieu est ressuscité, non pas comme Lazare qui était ressorti « les pieds et les mains attachés, le visage enveloppé d'un suaire. » (Jean 11,44) le Christ est sorti de son tombeau libre de toute entrave, ayant vaincu la mort. Alors « Il vit et il crut ! »

Cette scène, facilement imaginable, nous la vivons aujourd’hui : comme Simon-Pierre, les baptisés de longue date sont lents à comprendre la portée du tombeau vide, face à eux (à nous ?) il y a les baptisés de Pâques, ceux qui ont reçu le Sacrement alors qu’ils étaient adultes. Leur compréhension et leur adhésion au message de la Résurrection bousculent les traditions routinières ; leurs exigences de vivre selon l’Evangile irritent souvent les chrétiens ‘installés’ dans la foi qui se contentent de leurs habitudes de vie chrétienne.

Ces nouveaux ‘disciples que Jésus aime’ nous invitent à suivre leur impétuosité et, non seulement à les accueillir avec des cœurs ouverts, mais aussi à écouter ce qu’ils nous disent des merveilles de la foi : ils nous annoncent la Bonne Nouvelle. Leur enthousiasme à suivre le Fils du Père n’est pas un reproche qu’ils nous adresseraient, ils nous invitent à un réveil de notre Baptême ensommeillé comme les Apôtres au jardin de Gethsémani à qui Jésus a dit : « Ainsi, vous n'avez pas eu la force de veiller une heure avec moi ? Veillez et priez, pour ne pas entrer en tentation ; l'esprit est ardent, mais la chair est faible. » (Matthieu 26,40-41)

« France qu’as-tu fait de ton Baptême ? » demandait le bienheureux Jean-Paul II en 1980. A chacun d’entre nous les baptisés de Pâques nous disent : ‘Et toi ? Que fais-tu de ton Baptême ?

Père JeanPaul Bouvier
Curé  in solidum du secteur Vermandois

Diocèse de Paris

  1. saint Michel des Batignolles
  2. saint Vincent de Paul
  3. saint Charles de Monceau

Diocèse aux Armées

  1. C.E.N. de Mururoa
  2. Lycée Militaire d'Autun
  3. Forces Armées de Guyane
  4. Garnison d'Angers et OPEX
  5. Brigade franco-Allemande
  6. Fort Neuf de Vincennes

Diocèse d'Amiens

  1. Secteur Vermandois
    • saint Jean-Baptiste
    • saint Joseph
    • Notre Dame de Moyenpont


Année A

  1. Temps de l'Avent
  2. Temps de Noël
  3. Temps du Carême
  4. Semaine Sainte
  5. Temps de Pâques
  6. Temps Ordinaire


Retour à la page d'accueil


N'oubliez pas de m'écrire