Temps Ordinaire :
22ème dimanche

Année B - saint Marc


Saint Marc (A.Rubliev)

Deutéronome 4,1-8
Psaume 14
Jacques 1,17-27
Marc 7,1-23

Si vous désirez recevoir toutes les semaines - en général le jeudi - l'éditorial pour le dimanche suivant,
envoyez-moi votre adresse de courriel et vous serez inscrit dans la liste de diffusion.


1

Brigade Franco-Allemande

3 septembre 2006

La tradition des Anciens

2

Secteur Vermandois

2 septembre 2012

Hypocrisie


3 septembre 2006

Brigade Franco-Allemande

Retour en haut de la page

La tradition des anciens

Dans le passage de l’Evangile de saint Marc qui est lu dans les églises aujourd’hui ; Jésus fustige les pharisiens qui s’attachent à des traditions sans en respecter le sens. Plusieurs fois le Christ va s’ériger contre une perception légaliste de la Loi donnée à Moïse.

Ce que Jésus reproche aux pharisiens, ce n’est pas d’observer la Loi, mais qu’ils soient obnubilés par le respect strict de la lettre en oubliant l’esprit. Par exemple les docteurs de la Loi, presque tous appartenant au mouvement des pharisiens, avaient défini le nombre de pas qu’un croyant pouvait faire le jour du Sabbat pour que la promenade ne devienne pas un travail et qu’elle ne transgresse pas le repos prescrit par Dieu.

C’est une forte tentation de libérer notre conscience en nous retranchant derrière la Loi alors qu’il nous est demandé d’éclairer notre conscience par la Loi pour prendre des décisions et des attitudes personnelles.

Dans notre vie quotidienne, nous sommes constamment provoqués par notre foi qui est plus ou moins mise à l’épreuve. Devons-nous nous contenter d’obéir aux commandements de Dieu et de l’Eglise, ou bien les appliquer à travers le seul commandement double que nous a donné le Christ : « Aime Dieu par-dessus tout et ton prochain comme toi-même » ?

Le choix que nous allons faire ne dépend que de l’examen de conscience que nous ferons : « Qu’est-ce que le Christ ferait à ma place ? »

Si nous regardons le martyrologe, nous constatons qu’il n’y a pas deux saints semblables, chacun a donné SA réponse à l’appel de Dieu, dans les circonstances qui étaient les siennes ; l’Eglise nous les donne en exemple pour que chacun d’entre nous s’en inspire et donne, lui aussi, SA réponse dans les circonstances qui sont les nôtres.

Agissons en sorte que le Christ ne puisse pas nous dire : « Ce peuple m’honore des lèvres, mis son cœur est loin de moi. Il est inutile le culte qu’ils me rendent ; les doctrines qu’ils enseignent ne sont que des préceptes humains » (Mc 7,6-7)

Père JeanPaul Bouvier
Curé de la paroisse militaire française

2 septembre 2012

Secteur Vermandois

Retour en haut de la page

Hypocrisie

Lorsque Jésus reprend les pharisiens sur leur remarque concernant les Apôtres qui ne se sont pas lavés les mains avant de manger, il ne justifie pas l’acte de ses disciples, il met simplement en exergue le fait que ces personnes soulignent un fait  relativement anodin plutôt que de se concentrer sur la Parole qu’il leur donne ; leur légalisme l’emporte sur l’essentiel.

Dans le seul but de ne pas enfreindre la Loi, les pharisiens l’avaient enfermée dans un réseau complexe de préceptes et d’obligations, mais en faisant cela ils perdaient de vue l’importance de la conscience et du discernement : « ce ne sont pas les auditeurs de la Loi qui sont justes devant Dieu, mais les observateurs de la Loi qui seront justifiés. » (Romains 2,13) Il y donc une grande différence entre entendre la Loi et l’appliquer dans sa vie courante.

Le piège du légalisme a survécu, les chrétiens n’ont pas toujours su l’éviter et, à travers les âges, les Conciles, œcuméniques ou locaux, ont rappelé que la Loi est faite pour l’homme et non le contraire. De nos jours encore, il est plus facile de juger son prochain suivant une loi désincarnée et péremptoire plutôt que de l’aimer tel qu’il est pour le faire progresser sur le chemin qui mène à Dieu.

Ce passage d’évangile doit nous faire faire un retour sur nous-mêmes pour un examen de conscience qui permettra éradiquer le côté ‘pharisien’ qui sommeille en nous ; il nous appelle également à regarder nos prochains avec le regard du Christ qui est plein de grâce et de pardon mais qui invite à une conversion totale : « Jésus le regarda et dit : "Tu es Simon, le fils de Jean ; tu t'appelleras Céphas" » (Jean 1,42) Devenus des christs par l’onction de notre Baptême, efforçons-nous d’avoir la même attitude !

Certains gestes – ou absence de geste – de dévotion peuvent nous surprendre, voire nous choquer, mais la réponse que Jésus fait aux pharisiens nous invite à la justification de nos propres gestes (ou absence) Sont-ce des gestes automatiques ‘parce qu’on l’a toujours fait’ ou un comportement qui rapproche de Dieu ?

Après l’écoute attentive de ce passage de l’évangile de saint Marc, chaque chrétien doit s’imprégner de la phrase de Jésus : « C’est du cœur de l’homme que sortent les pensées perverses. »

Père JeanPaul Bouvier
Curé in solidum du secteur Vermandois



retour à l'accueil


Les éditoriaux chronologiques


Les éditoriaux liturgiques


Vos réactions